Cinq châteaux à ne pas manquer en Côte d'Or

Château de Bussy-Rabutin
Château de Bussy-Rabutin

 

Des forteresses trapues issues du Moyen Age, des splendides demeures de l'époque de la Renaissance, des maisons de campagne de la noblesse construites dans les règles de l'art classique... les châteaux sont particulièrement nombreux en Côte d'Or. Difficile de faire un choix quand on ne passe que quelques jours dans la région et que le nombre de visites possibles est limité. Nous avons donc décidé de faire pour vous une sélection des lieux les plus représentatifs :

 

 

 

Château de la Rochepot
Château de la Rochepot

 

 

  1. La Rochepot

 

Si la Bavière a son château de Neuschwanstein, la Bourgogne a La Rochepot. Moins connu, certes, peut être moins spectaculaire, le château de La Rochepot a néanmoins énormément de similitudes avec son grand frère allemand, dans son style tout comme dans son histoire.

 

Juché sur un éperon rocheux, en plein milieu des bois, ce petit chef-d'oeuvre du style néogothique ressemble plus à un château de princesse transféré ici par un magicien depuis un conte de fée qu'à une vraie forteresse médiévale. Ses toits recouvertes de magnifiques tuiles vernissées si emblématiques de la Bourgogne, ses tours rondes, sa barbacane protégeant un minuscule pont-levis et une porte d'entrée rouge, sa petite cour intérieure si bien aménagée... Tout lui donne des airs d'un décor de cinéma, tout fait rêver...

 

Le premier château a été bâti en ce lieu au XIIème siècle, mais après avoir plusieurs fois changé de propriétaire, subi de nombreuses reconstructions, il a fini - Révolution aidant, comme d'habitude - par être pillé, incendié et presque totalement détruit. Ce n'est finalement que par la volonté d'un seul homme, fils du président Sadi Carnot, que la reconstruction totale du château a pu débuter, achevée en... 1927 !

 

Jusqu'à ces derniers temps, le château restait toujours entre les mains de la famille Carnot. Mais il y a trois ans, le domaine a été mis en vente et a récemment trouvé preneur, un couple ukrainien ou probablement lituanien. On n'en sait pas plus pour l'instant, mais les nouveaux propriétaires se seraient engagés à préserver le château et à le laisser ouvert à la visite. On y compte vraiment !

 

 

 

Dans les vignobles
Dans les vignobles de la Côte des Grands Crus

 

  1. Pommard

 

Les châteaux viticoles sont légion sur la Côte des Grands Crus : Le Clos Vougeot, Gevrey-Chambertin, Aloxe-Corton... Certains sont ouverts à la visite, d'autres ne peuvent être admirés que de l'extérieur. Le château de Pommard en est en quelque sorte la quintessence ultime, celui qui transcrit le mieux l'esprit des producteurs de vin locaux, des hommes riches, un peu mécènes, mais surtout habités par la passion sans limites pour la vigne et pour cette terre qu'ils cultivent.

 

Le domaine Pommard comporte deux châteaux parfaitement restaurés, de magnifiques jardins à la française, une galerie d'art, un musée de la vigne et du vin (un impressionnant pressoir du XVIIème siècle, pièce unique, fait partie de la collection), mais aussi 800 m² de caves voûtées, avec des centaines de bouteilles et de fûts de chêne contenant du liquide précieux, et surtout 20 hectares de vignes.

 

Une visite guidée, suivie d'une dégustation commentée en petit comité, vous permettra de vous initier au savoir-faire des grands vins de Pommard, appréciés depuis des siècles par les rois et les poètes.

 

 

Château de Bussy-Rabutin
Château de Bussy-Rabutin

   

      3. Bussy-Rabutin

 

 

Construit au XIIème siècle et transformé au XIVème siècle en demeure d'agrément ouverte sur la campagne, le château de Bussy-Rabutin a été labellisé en 2005 "Maison des Illustres" grâce à son célèbre occupant, le comte Roger de Bussy-Rabutin, cousin de madame de Sévigné, née Rabutin.

 

Ce courtisan de la cour de Louis XIV, écrivain, philosophe et libertin, s'est fait lui-même son propre malheur en composant pour distraire sa maîtresse un écrit satirique « L'histoire amoureuse des Gaules ». Ce pamphlet, raillant les mœurs de la cour royale, n'était pas au départ destiné à être publié, mais une amie indiscrète en a fait faire des copies, dont une a fini par se retrouver entre les mains du Roi-Soleil. N'appréciant point qu'on se moque de lui et de ses courtisans, Louis XIV a envoyé le malheureux auteur en exil.

 

Loin de Versailles, abandonné de tous ou presque, le comte Roger s'est employé par dépit à décorer la demeure familiale. Ses 17 ans de disgrâce nous ont laissé près de 500 portraits de membres importants de la cour royale, de dames que le comte avait aimé, de grands hommes de guerre, le tout accompagné de commentaires cinglants et en même temps remplis de nostalgie. Une vaste fresque très caustique de son époque, mais aussi un portrait fidèle d'un homme hors du commun aimant la guerre et les femmes, brillant et plein d'esprit.

 

 

 

 

Le diable de Mâlain
Le diable de Mâlain

             4. Mâlain

 

 

Perché sur un rocher dominant le village en contrebas et toute la vallée de l'Ouche, le vieux château de Mâlain est accessible par un sentier et offre à celui qui ne se désiste pas un panorama à couper le souffle.

 

Abandonné dès le XVIIème siècle, il a pourtant failli disparaître. En 1984, la végétation a totalement envahi le site et sa tour maîtresse, seul vestige émergeant des décombres, menaçait de s'effondrer sur le village. Depuis, d'importants travaux de restauration ont été entrepris et continuent toujours, non pour reconstruire à l'identique le château, mais pour sauver ce qui peut l'être et redonner vie à ce lieu chargé d'histoire.

 

Ayant été en plein cœur des évènements historiques pendant des siècles, Mâlain a aussi un côté mystique. L'endroit est considéré comme un lieu maudit, voué à la sorcellerie noire. Une légende raconte qu'une jeune femme aurait été enlevée ici par un être maléfique et emmenée jusqu'à une crevasse appelée communément « Le Trou du diable » qui mènerait jusqu'aux enfers et situé juste en dessous des vestiges du château.

 

Un conte sombre, mais qui a une fin bien joyeuse, car tous les deux ans, début juin, Mâlain organise une fête des Sorcières, à l'ambiance conviviale et colorée.

 

 

    5. Savigny-lès-Beaune

 

Le château de Savigny-lès-Beaune est un château pas comme les autres. Inscrit aux monuments historiques, faisant partie d'un domaine viticole important, c'est aussi un gigantesque musée, inattendu et exceptionnel. Le propriétaire du domaine, Michel Pont, ancien pilote de rallye, a rassemblé ici une collection hors pair, en partie à ciel ouvert : des prototypes Abarth (une trentaine de modèles), des motos (environs 250 exemplaires de 1902 à 1960 ce qui constitue une des plus importante collections de la moto en France), de véhicules de pompiers (une vingtaine), d'avions de chasse (environs 80, dont 4 avions de la Patrouille de France, 11 MIG, 17 Dassault), de tracteurs enjambeurs et autre matériel viticole. Et cela sans compter les maquettes (avions, voitures, motos) et objets mécaniques divers.

 

Bref, un vrai paradis pour les petits garçons ! Un peu moins pour leur parents, qui auront du mal à faire partir leur progéniture et qui auront à gérer à coup sûr quelques petites crises du genre : « Je veux monter dans ce camion, j'ai dit! ».

 

 

 

Il y a bien sûr beaucoup d'autres châteaux dignes d'intérêt en Côte d'Or : Châteauneuf, Arcelot, Commarin... Mais le but n'était pas de tous les énumérer, plutôt de vous mettre l'eau à la bouche. Car cette région regorge de trésors, il y en a pour tous les goûts ! Il suffit juste de partir à leur rencontre.

 

Texte: Victoria Repnina

Photos: Victoria Repnina et Gérald Gressard

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Duc (dimanche, 30 octobre 2016 12:18)

    Il y en a que je ne connaissais pas, dommage qu'ils ne soient pas tous en photo. Mais c'est super d'avoir fait cette petite liste qui devrait occuper quelques uns de mes week-ends.