Le pain d'épice de Dijon

En voyage à travers la Bourgogne, profitant de ses curiosités historiques ou naturelles, vous ne passerez sûrement pas non plus à coté de ses nombreuses spécialités gastronomiques. Du bœuf bourguignon à la moutarde de Dijon, de la crème de cassis aux escargots de Bourgogne (petite remarque : si jamais l'envie vous prend d'en acheter au supermarché – rayon surgelés ou pas – ne prenez surtout pas ceux fabriqués à Strasbourg. Les escargots à la bourguignonne made in Alsace, c'est du non-sens !). Et il y a aussi le pain d'épice de Dijon, un peu moins connu, mais tout aussi délicieux sous toutes ses formes – pavés nature ou aux fruits confits, glacés minces, nonnettes... Mmm, il y a de quoi régaler les papilles !

 

Les premières recettes de pain d'épice apparurent très tôt – les grecs et les romains en consommaient déjà. Pourtant le pain d'épices tel qu'on le connais aujourd'hui est venu en Europe depuis la Chine, via le Moyen-Orient, avec les croisades.

Et le pain d'épices de Dijon a sa petite histoire : il serait apparu en Bourgogne au XIVème siècle grâce à Marguerite de Flandre. Epouse du duc de Bourgogne Philippe II le Hardi, dit-on, raffolait de ces gâteaux au miel au point d'avoir ramené avec elle son pâtissier pour en préparer à l'occasion de son mariage.

Vers la fin du XIXème siècle le pain d'épice de Dijon est devenu incontournable. Au début du XXème siècle une douzaine de fabriques spécialisées était implantée dans la région. Néanmoins vers la fin des années 50, ces fabriques ont commencé à disparaître, le processus de production artisanal était trop compliqué et trop exigeant. Heureusement aujourd'hui – grâce à l'engouement constamment croissant du grand public pour la production artisanale – le véritable pain d'épices de Dijon retrouve ses lettres de noblesse.

 

La production de pain d'épices de Dijon comporte plusieurs étapes cruciales. Elle commence par la fabrication d'une pâte mère avec de la farine de froment, du miel et du sucre inverti. Cette pâte est laissée au repos pendant environs trois semaines. Au bout de ce laps de temps la pâte devient très dure, pour l'assouplir et l'aérer on procède à une opération appelée « braquage » . Ensuite d'autres ingrédients sont ajoutés : œufs, poudre à lever, parfums. Le pain d'épice de Dijon est parfumé essentiellement à l'anis. En dernière étape, la pâte est façonnée à la main et mise dans les moules, pour être cuite, découpée, et emballée.

 

Voici un procédé de fabrication complexe, que peu maîtrisent. Séjournant aux chambres d'hôtes Le Pressoir, n'hésitez donc pas à nous demander nos bonnes adresses ("Mulot et Petitjean" ou "La Rose de Vergy" pour ne citer qu'eux) pour faire le plein de ces délicieux gâteaux au miel !

Texte: Victoria Repnina

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Hyo Severino (mercredi, 01 février 2017 18:03)


    Hi! I know this is kinda off topic but I was wondering which blog platform are you using for this site? I'm getting tired of Wordpress because I've had problems with hackers and I'm looking at alternatives for another platform. I would be fantastic if you could point me in the direction of a good platform.