La maison natale de Saint-Bernard de Clairvaux

 Perchée sur le haut de la colline de Fontaine-lès-Dijon, la maison natale de Saint Bernard de Clairvaux domine le paysage environnant. Bien visible depuis Dijon même, mais à l'écart des itinéraires touristiques majeurs, le site n'attire cependant les visiteurs que fort rarement et paraît presque à l'abandon. Un fait bien plus que regrettable pour ce haut lieu spirituel et historique.

 

 

Malgré ses faux aires d'un château fort médiéval, la bâtisse n'est point aujourd'hui ce qu'elle a été aux temps de son premier propriétaire, le seigneur de Fontaine, preux chevalier, Tescelin Le Roux. Fidèle vassal du duc Eudes I de Bourgogne, il se fait confier ces terres pour surveiller l'entrée de la route Dijon/Châtillon-sur-Seine. Il y bâtit une forteresse, autour de laquelle un petit bourg se développe rapidement, et y héberge sa famille : sa femme, issue de la noble lignée des seigneurs de Montbard, et ses sept enfants. Bernard, futur fondateur infatigable d'une multitude d'abbayes, est le 3ème de cette fratrie.

 

 

Jusqu'au XIVème siècle le château reste en possession des descendants de Tescelin Le Roux, puis passe aux mains des familles Rolin, Rochefort... pour enfin être acheté par l'ordre des Feuillants. En 1618 il devient un monastère royal et se voit ajouter deux chapelles de style Renaissance. La Révolution, ce véritable porte-malheur pour de nombreux châteaux et lieux de culte, n'épargne point le berceau de Saint-Bernard : le monastère royal est abandonné et méthodiquement détruit pour récupérer la pierre de construction.

 

Ce n'est qu'en 1881 que les ruines font objet d'une restauration importante pour prendre leur aspect actuel et en 1891, à l'occasion du 8ème centenaire de la naissance de Saint-Bernard, une imposante basilique commémorative leur est accolée.

 

 

Aujourd'hui classée monument historique et propriété d'une association, la maison natale de Saint-Bernard n'est pas ouverte au grand public (à part les chapelles). Si toutefois elle l'était, elle dévoilerait une enfilade de pièces vides poussiéreuses, de passages étroits et d'escaliers en colimaçon qui mènent tout en haut de l'ancienne tour d'entrée pour s'ouvrir tout d'un coup sur un panorama époustouflant de Dijon et de ses alentours. On ose espérer néanmoins qu'un jour verra le vieux château de Fontaine-lès-Dijon devenir ce qu'il mérite – un musée consacré à la vie et à l'oeuvre du moine réformateur ainsi qu'à l'histoire tumultueuse de ce lieu unique. En attendant il ne nous reste à profiter de la sérénité extrême du site ouvert sur une large esplanade en herbe, avec vue imprenable, et le bois sombre qui s'étend juste derrière.

 

 

Pour accéder à la maison natale depuis les chambres d'hôtes Le Pressoir rien de plus simple : monter la rue Saint-Bernard sur 200 m. La pente peut paraître rude, mais ça en vaut la peine !

Texte et photos: Victoria Repnina

Écrire commentaire

Commentaires : 0