Un chien aux yeux sanglants à la Porte du Diable

 

"...Si par inadvertance tu te retrouves tout seul à minuit sur le petit sentier de l'autre coté de la Porte du Diable, n'aie pas peur, garde ton calme quoi qu'il arrive. Mais surtout, si tu rencontres un chien noir qui rôde dans les parages, ne l'approche pas et évite qu'il ne te touche, qu'il ne te fixe par ses énormes yeux rouges phosphorescents. Autre détail d 'une très grande importance : pour en sortir, il faut impérativement passer par l'autre coté de la porte, pas celui par lequel tu es entré. Si tu l'oublies, prépare-toi à vivre l'aventure la plus effrayante de toute ta vie..."

 

 

Voici une description pour le moins mystique de ce qui pourrait vous arriver si jamais vous vous aventurez (non seulement seul à minuit, mais aussi tout simplement le soir, en compagnie d'une personne à l'esprit romanesque et influençable) entre Daix et Plombières, aux alentours de Dijon, à la recherche de la fameuse Porte du Diable.

 

C'est vrai que l'endroit est plutôt étrange. Dans un lieu isolé à 5 km de Dijon, envahi de lierre et d'herbes folles, se dresse une porte gothique en pierre avec une tête de diable sculptée entre deux ouvertures. Un chemin passe sous la porte, puis traverse une grotte menant à un vieux manoir. Si l'on fait attention, on remarquera également les restes de deux sépultures sur le coté droit du chemin.

 

Diverses théories tentent d'expliquer l'origine de la porte, dont la plus plausible prétend que ce sont des vestiges d'un château détruit au cours de la Révolution, transférés ici par l'un des propriétaires de la ferme avoisinante. Sans aucune certitude pourtant... Bref, de quoi attiser la curiosité et nourrir de nombreuses légendes urbaines.

On retrouve souvent, d'ailleurs, des témoignages des étranges rencontres et des événements troublants mentionnant ce lieu. Des apparitions de dame blanche, d'un homme vêtu de noir accompagné d'un énorme clébard aux yeux rouges sang, de fantômes, des voitures qui calent sans aucune raison ou même des bruits d'une cavalcade en pleine nuit... Il est avéré que dans les années 90, l'endroit était fréquenté par les adeptes de la secte « Amour et miséricorde ». Avant que la secte soit dissoute et sa fondatrice mise en examen pour abus de faiblesse, ils étaient souvent plus de 200 (dont plusieurs venant en cars depuis l'étranger) à se rassembler ici chaque 15 du mois pour prier et effectuer leurs rituels.

 

La Porte du Diable ne fait évidemment pas partie des guides touristiques officiels de la région dijonnaise. Mais si vous venez faire du tourisme en Bourgogne et si l'envie vous prend de vous faire un peu peur, ne la ratez pas. Frissons garantis !

Texte et photos: Victoria Repnina

Image: pixabay

Écrire commentaire

Commentaires : 0